stethoscope-1584223_1920.jpg

Les différentes médecines: allopathique et naturelle

Tout d'abord, il faut savoir que chaque approche a ses limites, ses avantages, ses inconvénients. D'ou l'intérêt, de bien les connaître afin de savoir quelle méthode utilisée en cas de besoin.

L’allopathie

L'ALLOPATHIE est la médecine officielle, réservée aux médecins diplômés. C'est une médecine d'urgence, qui agit quand le mal est bien installé (infection bactériologique, lésion sur un organe, cancer, pathologie psychiatrique etc.). Elle soigne par ACTION CONTRAIRE, c'est à dire, qu'elle soigne pour supprimer les symptômes ou syndromes : anti-inflammatoire, anti-douleurs, anti-biotique, anti-spasmodiques...

Le médecin diagnostique d'après des analyses biochimiques et des examens médicaux. C'est une médecine qui ne prend pas en compte le corps dans sa globalité et se subdivise en spécialités: pneumologues, allergologues, neurologues, cardiologues…

Ainsi chaque spécialiste s'occupe de la partie dans lequel il est expert. L'inconvénient, étant qu’on ne prend pas ou peu en compte la globalité du corps, ni l'hygiène de vie, l'alimentation et les contextes (socio, professionnel et affectifs) du patient.

Par ailleurs, les médicaments de synthèse, sont pour la plupart mal évacués par le corps. Certains peuvent provoquer d'autres troubles ou mal interagir entre eux, c'est surtout le cas avec la prise de médicaments sur une longue période. Par ailleurs, il est avéré qu'à partir de trois médicaments pris simultanément on ne peut prédire la réaction du patient.

les médecines douces

Les médecines douces sont des médecines de fond, réservées également aux diplômés d'état. Pour traiter des problèmes persistants, chroniques, de degré moyen.

Il s'agit de faire une recherche approfondie du terrain du patient (on passe entre 45 minutes et 1h30 à faire une anamnèse, c’est-à-dire un bilan général) avec un naturopathe pour soigner même un cas de constipation chronique par exemple. Donc, une prise en compte globale du corps et des habitudes des patients. Une recherche de la cause première de la maladie, afin d'enrayer le mal à sa source.

La priorité est d'utiliser des molécules naturelles et de faire valoir le principe d'auto-guérison du corps. Pour faire simple voici la définition de Pierre-Valentin Marchesseau (fondateur en France de la Naturopathie) : “Lorsque quelqu'un se noie, vous lui lancez une bouée dans l'urgence (ici on parle de la médecine allopathique.) Une fois à terre, si vous lui apprenez à nager pour que cela ne se reproduise pas (cela s'appelle de la naturopathie).”

 

L'IDEAL : Une complémentarité des approches 

Afin d' adapter judicieusement le traitement selon les individus et les pathologies. Cette complémentarité existe déjà en Allemagne(Heilpraktikers), en Angleterre (Health care practionners naturopaths), en Suisse, en Norvège, en Suède, au Portugal.

Mais il est très important de savoir que la naturopathie ne guérit pas les affections lourdes, même si elle peut les soulager et que la médecine conventionnelle est plus à même de diagnostiquer, par le biais d 'examens sanguins, de radios, IRM etc.